Sommaire: Des Vignes, Des Hommes et Des Vins

Passion - Vignobles


Des Vignes, Des Hommes et Des Vins

Co-évolution: Vigne-Homme

Parmi toutes les plantes "domestiquées" par l'Homme, on peut citer les grandes cultures que sont les céréales et la vigne. Si Elles suivent l'évolution de l'Humanité, peut-on parler de "co-évolution"
comme dans le cas des plantes à fleurs et des insectes pollinisateurs?
L'interdépendance, n'est pas aussi stricte mais des similitudes peuvent être faites.
Les fleurs en se diversifiant, ont induit l'évolution des pièces buccales des insectes: l'équilibre toujours instable, respecte la vitesse d'évolution des différentes populations de plantes et d'insectes, le bénéfice est réciproque.
L'impact de l'Homme sur la Vigne, comme sur les autres grandes cultures, en sélectionnant, en oubliant ou en éliminant les espèces "moins rentables", peut créer un déséquilibre important.
Il peut s'avérer très préjudiciable, pour les espèces et pour l'Humanité !
Suite à une trop grande consanguinité et une diminution du patrimoine génétique, on peut craindre une catastrophe au sein de cette population devenue génétiquement trop uniforme, incapable de se défendre.
Ce fut notamment le cas lors de la crise du phylloxéra au XIXème siècle qui illustre la fragilité des vignes européennes à cette époque.


Origine des vignes

Au cours des millénaires de nombreuses espèces de Vignes, comme beaucoup d'autres espèces végétales, ont colonisé toutes les régions du Monde et se sont diversifiées.
Pendant l'ère tertiaire, le climat est passé d'un type tropical à un climat plus modéré. La végétation tropicale a pu s'étendre jusqu'aux latitudes élevées.
Pendant cette ère(-20Ma), les oiseaux, les mammifères dont les Hominoïdes se sont multipliés.
Ils ont participé lors de leurs déplacements à la dissémination des végétaux (fruits, graines, morceaux de tige).
Lorsque le climat s'est refroidi vers la fin de l'ère tertiaire et les quatre grandes glaciations du quaternaire, ont façonné les paysages mais également obligé les espèces à se réfugier dans les régions les moins hostiles, telles que le pourtour méditerranéen et le sud du Caucase, ou développer des résistances aux conditions difficiles. L'ère quaternaire est marqué par la présence des hommes.
Au paléolithique, les sociétés humaines sont constituées de chasseurs-cueilleurs et les baies des vignes sauvages peuvent offrir une modeste source de nourriture.
Au Néolithique, les conditions climatiques permettent l'extension de la Vigne jusqu'au nord de l'Europe avant qu'un refroidissement ramène sa culture sous le 50ème parallèle (latitude correspondant au nord de la France).


Le vin et les Hommes:

Haut de la page


contact